Inspiring People #1 Audrey Hepburn

lundi, avril 13, 2015 1 1
1 Flares 1 Flares ×

aud

Comme annoncé, je voulais démarrer une nouvelle rubrique cette semaine, qui sera consacrée aux personnalités qui m’inspirent de par la vie qu’ils ont eu, leurs actes et aussi leur style bien sûr! Et pour commencer cette nouvelle rubrique j’ai choisi de vous parler de la magnifique Audrey Hepburn.

Pour moi, cette femme est à l’antipode d’une autre super star des années 50, la non moins célèbre Marilyn Monroe. C’est l’Américaine Vs. l’Européenne. C’est la blonde pulpeuse Vs. la brunette par excellence. C’est l’exubérance Vs. la discrétion sophistiqué. C’est la capricieuse Vs. la travailleuse. Loin de moi l’idée de critiquer la Marilyn, qui reste une des plus grandes icônes de sa génération, je suis malgré tout bien plus inspirée par le parcours d’Audrey. Cette femme respire l’intelligence et le vécu, et pour cause elle n’a pas eu une vie des plus faciles.

Enfance et adolescence

Audrey nait le 4 mai (une taureau comme moi! ^^) 1929 près de Bruxelles, d’une riche baronne hollandaise et d’un rentier irlandais. Oui, elle aurait pu plus mal tomber! À cinq ans, elle est envoyée en pension en Angleterre pour apprendre la langue et les coutumes anglaises. Un an plus tard, son père abandonne la famille sans laisser d’adresse, ce sera d’après elle l’épreuve la plus traumatisante de sa vie. La même année elle commence à prendre des cours de danse classique et développera une réelle passion (elle se destinait d’ailleurs à la danse avant de se tourner vers le théâtre puis le cinéma).
En 1939, sa mère décide de s’installer à Arnhem, en Hollande, près de sa famille. En mai 1940, les Allemands envahissent la ville et saisissent tous les biens de la famille. C’est à 11 ans qu’Audrey décide de devenir danseuse et entre au conservatoire de musique d’Arnhem où elle étudiera jusqu’en 1944. En attendant, le rationnement de la nourriture est de plus en plus sévère, des résistants se font exécuter en pleine rue par les Nazis, l’oncle d’Audrey en fait partie. L’un de ses frères s’enrôle dans la Résistance et Audrey elle-même portera des messages secrets et prospectus illégaux pour le compte des résistants. Mais la nourriture devient si rare et Audrey est si faible qu’elle doit arrêter temporairement la danse. Le 4 mai 1945, le jour de ses 16 ans, les troupes canadiennes libèrent la ville d’Arnhem. Audrey mesure 1m71 pour 45 kg, souffre d’asthme, de jaunisse et autres maladies dues à la sous-alimentation, qui l’affecteront pour le reste de sa vie.

Audrey enfant et adolescenteAudrey enfant et adolescente

Premiers rôles et premiers succès

Audrey part ensuite à Amsterdam puis à Londres pour étudier la danse dans l’école de ballet de Marie Lambert où elle est acceptée avec une bourse. Elle s’y consacre totalement jusqu’à ce que le manque d’argent l’oblige à travailler le week-end. En 1948, à cause du manque d’entraînement, elle se rend vite compte que son avenir ne sera pas dans le ballet. Elle choisit donc d’auditionner pour la comédie musicale High Button Shoes dans laquelle elle obtient un petit rôle. Parallèlement, elles prends des leçons pour améliorer son jeu. D’autres comédies musicales suivent, puis de petits rôles dans des films.
En 1951, Audrey obtient sont premier rôle important dans The Secret People, puis un second dans Monte-Carlo Baby. C’est lors de son tournage sur la Côte d’azur qu’elle sera repérer pour jouer le rôle de Gigi dans la pièce éponyme à Broadway. Dans le même temps elle obtient le rôle de la Princesse Anne dans Vacances romaines. Les premières répétitions d’Audrey pour Gigi sont très médiocres mais à force d’entraînement, elle s’améliore énormément et le soir de la première les journalistes lui font un triomphe. Elle décide alors de reprendre des cours de chant et de danse à New York. Après la dernière de Gigi à Broadway, elle part tourner Vacances romaines à Rome et enchaine avec une tournée américaine de huit mois.

De g. à d.: Secret People, Monte-Carlo Baby, GigiDe g. à d.: Secret People, Monte-Carlo Baby, Gigi

Consécration

Pour la sortie de Vacances romaines en août 1953, les critiques sont excellentes et la carrière d’Audrey s’envole. Elle obtiendra l’Oscar de la Meilleure Actrice pour son rôle de Princesse Anne en 1954. Après cela, les propositions se succèdent (et elle en refuse beaucoup, notamment l’adaptation du Journal d’Anne Frank qui lui rappelle trop son expérience de la guerre) : Sabrina (nommée pour l’Oscar de la Meilleure Actrice), Ondine (Tony Award de la meilleure actrice de théâtre), Guerre et paix, Drôle de frimousse, Ariane, Au risque de se perdre (nommée pour l’Oscar de la Meilleure Actrice), Diamants sur canapé (nommée pour l’Oscar de la Meilleure Actrice), Charade, My Fair Lady (nommée pour l’Oscar de la Meilleure actrice),…

De h. en b., de g. à d.: Vacances romaines, Sabrina, Sabrina, Ariane, Sabrina, Ondine, Charade, Diamants sur canapé, My Fair LadyDe h. en b., de g. à d.: Vacances romaines, Sabrina, Sabrina, Ariane, Sabrina, Ondine, Charade, Diamants sur canapé, My Fair Lady

Fin de carrière

En 1960, Audrey met au monde son premier fils Sean Ferrer, nait de son union avec le réalisateur Mel Ferrer, de douze ans sont ainé. En 1967, après le film Seule dans la nuit et une dernière nomination aux Oscars, elles décident de faire une pause dans sa carrière pour passer plus de temps auprès de son fils. Elle fera son grand retour en 1975 avec le film Robin and Marian auprès de Sean Connery et ne tournera que dans quatre autres films avant la fin définitive de sa carrière.

Audrey, Mel Ferrer et leur fils SeanAudrey, Mel Ferrer et leur fils Sean

Vie personnelle

Sur le plan personnel, l’actrice connait des hauts et des bas. En 1959, elle retrouve son père qui vit à Dublin, mariée à une femme trente ans plus jeune que lui. Après l’arrêt temporaire de sa carrière, elle divorcera de Mel Ferrer qui voulait la voir faire plus de film. En 1969, elle se remarie avec un neurologue italien Andrea Dotti, qui lui donnera un second fils Luca. Mais pour deux grossesses amenées à terme, Audrey connaitra cinq fausse-couches au cours de sa vie. En 1980, elle met fin à son mariage avec son deuxième mari, connus pour ses frasques avec d’autres femmes. La même année, son père décède, suivi de sa mère quatre ans plus tard. Des problèmes de santé marqueront également sa carrière, notamment de l’épuisement et de la perte de poids.
Dans la dernière partie de sa vie, Audrey s’investit pour la cause humanitaire de l’enfant avec l’UNICEF. Bien qu’elle collabore avec l’association depuis 1970, elle devient Ambassadrice Spéciale au début des années 1980. Pour elle, c’est un moyen de venir en aide aux enfants, qu’elle aime plus que tout, mais aussi de remercier les Nations Unis de l’avoir sauvé après la Seconde Guerre Mondiale. Elle obtiendra officiellement le titre d’Ambassadeur de Bienveillance en 1988, qui sera d’après ces mots, le rôle de sa vie. Durant ces quatre années de travail pour l’UNICEF, elle fera un peu plus d’une dizaine de missions en Amérique du Sud, Afrique et Asie, jusqu’à sa dernière au Kenya en 1992. Quand elle ne voyage pas pour l’UNICEF, elle organise des collectes de fonds aux USA. Son compagnon de l’époque, Robert Wolders, l’accompagnera au quatre coins du monde et sera à ses côtés jusqu’à sa mort. Audrey s’éteint dans son sommeil le 20 janvier 1993, trois mois avoir été opérée d’un cancer du colon, à l’âge de 63 ans.

Audrey en mission pour l'UNICEFAudrey en mission pour l’UNICEF

Le style Audrey Hepburn

Mais si Audrey est aujourd’hui un tel symbole c’est aussi grâce à un style incomparable, à l’opposé des autres actrices de sa génération, pulpeuses et sexy. Audrey c’était le charme, l’élégance, un port de tête royal, et une capacité naturelle à se faire aimer de tous. Son look dans Vacances romaines (une chemise blanche à manche courte passée dans une jupe ceinturé à la taille, des sandales plates et un petit foulard noué autour du cou) est juste intemporel, tout en simplicité mais absolument parfait. Je ne résiste pas non plus à la coupe de cheveux qu’elle se fait pendant le film, avec sa petite frange courte sur le frond, qui reste sa marque de fabrique.
Mais c’est sa rencontre avec Hubert de Givenchy qui va l’aider à réellement créer son style (ou bien serait-ce l’inverse?). Elle va à sa rencontre chez lui à Paris, pour lui demander de créer quelques costumes pour son nouveau film, Sabrina. Hubert, qui ne la connait pas du tout, Vacances romaines n’étant pas encore sorti en France, et en plein travail de collection, refuse d’abord mais à force d’insistance lui propose d’essayer l’une des pièces de la nouvelle collection. La magie opère, et à partir de là, Hubert de Givenchy créera les costumes dans la plupart de ses films et ils se lieront d’une amitié tendre et profonde jusqu’à la fin de la vie de l’actrice. Après sa mort, il parlera d’elle comme d’une fée, une douce magicienne inspiratrice d’amour et de beauté. Quoi qu’il en soit, son style à la fois simple et sophistiqué, mais également ultra féminin, a marqué et marquera des générations de modeuses. Sa silhouette dans Breakfast at Tiffany’s en reste une des représentations les plus mythiques. Voici une sélection de ses meilleurs look, en espérant que cela vous plaira!

collage5

Pour conclure, Audrey est une femme fascinante et extraordinaire sur bien des aspects, et je vous conseille de voir quelques uns de ses films si ce n’est pas déjà le cas! C’est une femme qui savait ce qu’elle voulait, et qui prouve que si on s’en donne les moyens et qu’on travaille dur, tout est possible. Si vous voulez en savoir plus sur sa vie, il existe un livre très complet sur le sujet, La véritable Audrey Hepburn. Et vous, que pensez-vous d’Audrey Hepburn?

Kisses 

1 Comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


1 Flares Facebook 0 Twitter 0 Google+ 1 1 Flares ×